26 November 2022

DIR EN GREY – “PHALARIS” review

How do you feel about it ?

I personally think it’s a huge step forward “The Insulated World” (2018). I talked about it a lot with a good friend of mine as well as DIR EN GREY fans on Discord, and globally, we’re saying it’s “DUM SPIRO SPERO” (2011)’s technical/brutal side with “ARCHE” (2014)’s deepness/atmosphere and “The Insulated World”’s attitude. “PHALARIS” is the result of the band having a bunch of fun making a deep, brutal and beautiful (at the same time) album.

Be advised : it is, along with “MACABRE” (2000), their most progressive album, and you might not be able to fully get into it from the first listen. Expect big sensations listening to it, perhaps confusion too.

One of the reasons why you may need a few listens to get into this golden album is “Schadenfreude” being an outstanding track, and you might need time to catch your breath from it. It’s definitely a different long track formula than “VINUSHKA”, a cult song of the band that got numerous fans into DIR EN GREY’s world. “Schadenfreude” is relentless, and you will go through so many emotions with it that you’ll still be processing what just happened as the solid and marvellous “Oboro” will kick in, coming in perfectly after the previous track. Then, you’ll still have a whole album to go through. “Oboro” being one of the two singles “Oboro”, it was a master stroke putting it after the spirited “Schadenfreude” ; it is as glorious, while also being reassuring for the listener.

Then comes “The Perfume of Sins”, which revealed a Black Metal side of the band that they never told us about, as well as maybe the fastest Shinya ever played. “13” also goes hard, way harder than you’d expect. It made me do huge moves with my hands because of how satisfied I was with it, it even exceeded my expectations. The entire album did, actually. I must already mention that “Kamuy” [the last track] is a very impressive, peaceful, confusingly comforting track… Well, until it takes you by surprise as you dropped your guard ! I had to say it, because DIR EN GREY picked these tracks extremely well, especially the opener and the closer.

I should, no I must talk about “Otogi” as well as “Hibiki” with which I felt deeply at peace ; it felt like floating freely in a liquid or in the sky, whatever would feel the best for you, because of the atmosphere and the vocals especially. These were powerfully comforting. Moreover, if you want something that goes harder, “Eddie” is here to satisfy you. It has an oddly fitting Hardcore Punk feel to it, while also using Death Metal and Groove Metal influences. This varied piece of an album is full of these genres, melodic, and textures twists, by the way.

We like when DIR EN GREY goes weird, and some tracks will definitely meet your expectations on that point. Kyō has more than one trick down in his throat, as you know, and you will love that in “Utsutsu, Bōga o Kurau” and “Mōai ni Shosu”, which emphasise this divine weirdness. They've really pushed the Avant-Garde button far here. And really, when I say it all, don’t see it negatively at all. I personally happen to be a beggar for more and emotions, and I got what I needed and more with “PHALARIS”.

I know some of you’s disappointment with “The Insulated World” was that it felt like the band abruptly stopped their progressive/experimental/avant-garde continuity since “UROBOROS” (2008), and I would like to tell you this is not going to be one of your worries with “PHALARIS”. DIR EN GREY gave it all in their compositions.

It is as well very much worth mentioning that the mix is clear, massive, and well balanced ; it is most likely the best mixed album. Beware : expect some more or less minor differences in mixes throughout the songs, since four (!) different people mixed the album. This wasn’t a problem for me who thought the mix was still globally consistent enough. David Bottrill mixed tracks 5, 7, 8, 10 and 11, Carl Bown mixed tracks 1, 3, 4, 6 and 9 with brio,  Neal Avron also nicely mixed track 2, and Tue Madsen (who, ten years ago, also did the remastered and expanded re-release of “UROBOROS”) mixed the remakes, which are particularly darker-sounding compared to the main album tracks. You will enjoy that “Ochita Koto no Aru Sora” instruments rerecording for sure ; it’s far better than the single version.

Also, huge props to Kyō who uses four octaves of his voice on this album (C2 on “Utsutsu” at 0:32, C6 on “mazohyst of decadence” at 3:26), most of these being during “Utsutsu”, where Kyō also hits a G♯5 in falsetto multiple times. Let’s also not forget to mention that even if the whole band is now credited as songwriter, pretty much all tracks were actually written by Kaoru and Die.

I recommend purchasing one of the limited editions. First, to support the band, of course, but also because it’s great to finally have that remade version recorded of “mazohyst of decadence” (which was performed live between late December 2010 and late August 2014), which is absolutely disgusting (and that’s a compliment for a DIR EN GREY song, believe me). In my opinion, the fact that they replaced the opening riff low distortion guitar by what I believe is a 12-string acoustic guitar made the 7-string electric guitar main riff’s impact much more contrasted and ominous. And that new “ain’t afraid to die” is so much more poignant : it’s another proof that the band matured in terms of sounds, emotions solemnness and genuineness, songwriting and technical abilities, and not to mention that massive mix. You won't get away from it with no tears.

If you can afford it, do go for the deluxe limited edition (2 CDs + Blu-ray or 2 CDs + DVD). It includes a delightful-looking packaging with a big size booklet of the lyrics and credits, as well as an interview and photo book, and, most importantly, the “Sogai” show, which took place at the Tokyo Garden Theater on June 5th, 2021. The band is extremely tight in it, and this is probably among Kyō's best show since DIR EN GREY’s “ARCHE AT NIPPON BUDOKAN” (2016) and sukekiyo’s “PERSUASIO” (2015 – sukekiyo is his second band). Also, did you know that “Sogai” (疎外) means “Alienation” ? This means it was the replacement gig for “The Screams of Alienation” (a.k.a. the two final shows for “The Insulated World” era), which the band couldn’t give in July 2020, due to the pandemic. They’ve really taken their best revenge on COVID-19 with that show : it’s one of the best in their career, and the entire, uncut performance is there on the bonus Blu-ray/DVD.

This has been a frankly very positive review, but I have to mention my only problem with the album, after two months of taking a step back. While it doesn’t feel too short in my opinion (53:42 is not that short for a DIR EN GREY album, even though they can easily go over an hour), it does feel like something is missing, to me. Indeed, it is the very first DIR EN GREY album with less than thirteen tracks, and I honestly felt that. Having two tracks of over nine minutes were able to compensate for the album’s length, but its flow, despite being flawless until “Mōai ni Shosu”, did feel broken and kind of off with “Hibiki”, “Eddie” and the two last ballads one being after the other. If they inverted “Hibiki” and “Eddie”, it would have made more sense, but it would’ve made too much heavier songs one after the other, and too much calmer songs to close the album.

The truth is that DIR EN GREY’s albums are such a journey, and this wasn’t exploited to its maximum with “PHALARIS” here only. I feel like two songs would’ve solved this flow issue towards the last third of the album. Who knows, maybe this drastic change of atmospheres in the album’s last third was another way for the band to unsettle the listener ?

To sum it up, the first third of the album has a very heavy and melodic (again, at the same time) approach to begin with, following a strong avant-garde section in the middle that will rather push the listener out of their comfort zone, in all directions, and force them to pay close attention, while the final part of the album is much more atmospheric and acts like a purifier, which can remind of the way the band ended their first album “GAUZE” (1999) with “Akuro no Oka”. Even though it is 3 minutes longer than “The Insulated World”, the album may leave you with a stronger desire for more listening sessions this time, in a way due to its mysterious aspect, in another due to its unusual smaller amount of songs.

Ultimately, I’d say that if you want to feel the beauty of discovering DIR EN GREY again, “PHALARIS” is for you, for sure. It will stop your heart, take your breath, excite you, make you headbang, lose your mind, vibe and cry, but with politeness and maturity. This can be considered as the band at their songwriting peak. This is easily one of my favourite DIR EN GREY albums, my personal favourites being “MACABRE” and “Kisō” (2002). Absolute, ab-absolute (hope you'll get the reference) success in my opinion.

 

For more info, and album lyrics and translations, please visit seelentau’s DEGwiki.

Qu’en pensez-vous ?

Personnellement, je pense que c’est un immense pas en avant par rapport à “The Insulated World” (2018). J’en ai beaucoup parlé avec une bonne amie à moi ainsi qu’avec des fans de DIR EN GREY sur Discord, et globalement, il en ressort que c’est un mélange entre le côté brutal et technique de “DUM SPIRO SPERO” (2011), le côté profond et atmosphérique de “ARCHE” (2014) et l’attitude de “The Insulated World”. “PHALARIS” est le résultat d’un groupe qui s’amuse énormément à faire un album profond, brutal, et beau (en même temps).

Soyez prévenus : C’est, avec “MACABRE” (2000), leur album le plus progressif, et il se peut que vous n’arriviez pas à plonger dedans complètement dès la première écoute. Attendez-vous à d’immenses sensations en l’écoutant, peut-être à de la confusion aussi.

Une des raisons pour lesquelles vous pourriez avoir besoin de quelques écoutes pour vous plonger dans cet album en or est “Schadenfreude” qui est une piste incroyable, et vous risquez de devoir reprendre votre souffle après celle-ci. C’est bel et bien une recette de longue chanson différente de “VINUSHKA”, morceau culte du groupe qui fut la porte d’entrée dans le monde de DIR EN GREY pour de nombreux fans. “Schadenfreude” est un morceau impitoyable qui va vous faire passer par tant d’émotions que vous serez encore en train de vous demander ce qui vient de se passer, alors que le solide et merveilleux “Oboro” commencera, s’enchaînant parfaitement avec la piste précédente. Alors, vous aurez encore un album entier à traverser. “Oboro” étant un des deux singles sortis avant l’album, c’était un coup de maître de le mettre juste après le vif “Schadenfreude” ; c’est tout aussi glorieux, tout en rassurant l’auditeur·trice.

Vient ensuite “The Perfume of Sins”, qui a révélé un côté Black Metal du groupe dont ils ne nous avaient jamais parlé, ainsi que peut-être le morceau le plus rapide que Shinya n’ait jamais joué. “13” va très fort aussi. Elle m’a fait faire de grands mouvements avec mes mains car j’en étais satisfait·e, elle a même dépassé mes attentes. L’album entier l’a fait, à vrai dire. Je tiens à déjà mentionner que “Kamuy” [la dernière piste] est une chanson impressionnante, apaisante, et étonnamment réconfortante… Enfin, jusqu’à ce qu’elle vous prenne par surprise alors que vous avez baissé votre garde ! Je me devais de le dire, car DIR EN GREY a extrêmement bien choisi ces morceaux-là, surtout celui d’ouverture et de clôture.

Je peux, non je dois parler de “Otogi” et “Hibiki”, avec lesquels je me suis senti·e grandement en paix ; c’était comme flotter librement dans un liquide ou dans le ciel, selon ce que vous préférez, grâce à l’ambiance et en particulier au chant. Ces morceaux sont d’un réconfort puissant. De plus, si vous voulez quelque chose qui percute plus fort, “Eddie” est là pour vous satisfaire. C’est un morceau avec un côté Punk Hardcore qui fonctionne étonnamment bien, tout en ayant des influences Death Metal et Groove Metal. L’œuvre variée qu’est cet album est remplie de ces virages mélodiques, de genres et de textures, par ailleurs.

Nous aimons quand DIR EN GREY fait des créations étranges, et certains morceaux vont complètement répondre à vos attentes à ce sujet. Kyō a plus d’un tour dans sa gorge, comme vous le savez, et vous allez adorer cela dans “Utsutsu, Bōga o Kurau” et “Mōai ni Shosu”, qui mettent en avant cette divine étrangeté.

Je sais que la déception de certains d’entre vous avec “The Insulated World” était que l’album sonnait comme un arrêt soudain dans leur continuité progressive/expérimentale/avant-gardiste depuis “UROBOROS” (2008), et j’aimerais vous dire que ce ne sera pas un de vos soucis avec “PHALARIS”. DIR EN GREY a tout donné dans ses compositions.

Il est également très pertinent de mentionner que le mix est clair, massif, et bien équilibré ; c’est peut-être bien leur meilleur mix pour un album. Attention : attendez-vous à des différences de mixes plus ou moins mineures entre les chansons, puisque quatre (!) personnes différentes ont mixé cet album. Ce n’était pas un problème pour moi qui ai trouvé que le mix est encore suffisamment régulier dans l’ensemble. David Bottrill a mixé les pistes 5, 7, 8, 10 et 11, Carl Bown a mixé les pistes 1, 3, 4, 6 et 9 avec brio, Near Avron a également bien mixé la piste 2, et Tue Madsen (qui, il y a dix ans, a également fait la seconde sortie remasterisée et agrandie de “UROBOROS”) a mixé les remakes, qui sonnaient particulièrement plus sombres que les pistes principales de l’album. Vous apprécierez certainement ce réenregistrement des instruments de “Ochita Koto no Aru Sora” ; il est largement meilleur que la version single.

Aussi, bravo à Kyō qui utilise quatre octaves de sa voix sur cet album (Do 2 durant “Utsutsu” à 0:32, Do 6 durant “mazohyst of decadence” à 3:26), la plupart de ces dernières étant pendant “Utsutsu”, où Kyō atteint également un Sol ♯ 5 à plusieurs reprises. N’oublions pas également de mentionner que même si le groupe entier est désormais crédité comme compositeur, à peu près toutes les chansons ont en réalité été écrites par Kaoru et Die.

Je recommande d’acheter une des éditions limitées. Tout d’abord, pour soutenir le groupe bien sûr, mais aussi parce que c’est génial d’avoir enfin un enregistrement studio de cette version refaite de “mazohyst of decadence” (qui a été jouée entre fin décembre 2010 et fin août 2014), qui est absolument répugnante (et c’est un compliment pour une chanson de DIR EN GREY, croyez-moi). Selon moi, le fait qu’ils aient remplacé le riff de début joué avec une faible distorsion à la guitare par ce que je crois être une guitare acoustique à douze cordes a rendu l’impact du riff principal joué sur une guitare électrique à sept cordes bien plus contrasté et menaçant. Et ce nouvel enregistrement de “ain’t afraid to die” est tellement plus poignant : c’est une autre preuve que le groupe a gagné en maturité que ce soit en termes de sons, de solennité et d’authenticité des émotions, ou en termes de composition et de capacités techniques, sans oublier le mix qui est massif. Vous ne vous en sortirez pas sans larmes.

Si vous pouvez vous le permettre, choisissez absolument l’édition limitée deluxe (2 CDs + Blu-ray ou 2 CDs + DVD). Elle inclut un packaging qui est un vrai délice visuel avec un grand livre de paroles et de crédits, ainsi qu’un livre de photos contenant une interview, et, le plus important, le concert “Sogai”, qui s’est déroulé au Tokyo Garden Theater le 5 juin 2021. Le groupe y est extrêmement bon, et il fait probablement parti des meilleurs concerts de Kyō depuis “ARCHE AT NIPPON BUDOKAN” par DIR EN GREY (2016) et “PERSUASIO” par sukekiyo (2015 – sukekiyo est son deuxième groupe). Aussi, saviez-vous que “Sogai” (疎外) veut dire “Aliénation” ? Cela signifie qu’il s’agissait du concert remplaçant “The Screams of Alienation” (c’est-à-dire les deux derniers concerts de l’ère de “The Insulated World”), que le groupe n’a pas pu donner en juillet 2020, en raison de la pandémie. Ils ont vraiment pris leur meilleure revanche sur le coronavirus avec ce concert : c’est l’un des meilleurs de leur carrière, et il y est en entier, sans la moindre coupure dans le DVD/Blu-ray bonus.

Ce fut une critique vraiment très positive, mais je dois parler de mon seul problème avec l’album, après deux mois de recul. Alors qu’il ne me semble pas trop court (53:42 n’est pas si court que ça pour un album de DIR EN GREY, même s‘ils peuvent facilement dépasser une heure), je trouve qu’on ressent vraiment qu’il manque quelque chose. Effectivement, c’est le tout premier album de DIR EN GREY avec moins de 13 pistes, et je l’ai honnêtement ressenti. Avoir deux morceaux de plus de 9 minutes a pu compenser pour la longueur de l’album, mais sa cadence, bien que parfaite jusqu’à “Mōai ni Shosu”, a été comme brisée, comme si quelque chose n’allait pas avec l’enchaînement “Hibiki”, “Eddie” et des deux ballades terminant l’album. S’ils avaient inversé “Hibiki” et “Eddie”, ça aurait eu plus de sens, mais ça aurait fait trop d’enchaînements de chansons plus violentes puis de morceaux plus calmes pour clore l’album.

La vérité est que les albums de DIR EN GREY sont un tel voyage, et que cela n’a pas été exploité à son maximum avec “PHALARIS”. J’ai la sensation que deux chansons auraient résolu ce problème de cadence vers le dernier tiers de l’album. Qui sait, peut-être que ce drastique changement d’ambiances du dernier tiers de l’album était une autre manière pour le groupe de déstabiliser l’auditeur·trice ?

Pour résumer, le premier tiers de l’album débute par une approche très puissante et mélodique (à nouveau, simultanément), s’ensuit une section très avant-gardiste au milieu qui va amener l’auditeur·trice hors de sa zone de confort, dans toutes les directions, et le/la forcer à y porter une grande attention, alors que la dernière partie de cet album est bien plus atmosphérique et agit comme un purificateur, qui peut rappeler la manière dont le groupe a terminé son premier album “GAUZE” (1999) avec “Akuro no Oka”. Même s’il est plus long de trois minutes que “The Insulated World”, l’album pourrait vous laisser avec un désir plus fort de l’écouter à nouveau cette fois-ci, d’une part par son aspect mystérieux, d’autre part par sa quantité inhabituellement moindre de chansons.

Finalement, je dirais que si vous souhaitez ressentir la beauté de découvrir DIR EN GREY à nouveau, “PHALARIS” est bien sûr fait pour vous. Il va arrêter votre cœur, vous couper le souffle, vous enthousiasmer, vous faire headbanguer, perdre la tête, vibrer et pleurer, mais avec politesse et maturité. Ceci peut être considéré comme le pic de composition du groupe. C’est facilement un de mes albums préférés de DIR EN GREY, mes favoris personnels étant “MACABRE” et “Kisō” (2002). Un succès absolu, ab-absolu (j’espère que vous aurez la référence), selon moi.

 

Pour plus d’informations, les paroles de l’album et leur traduction, visitez le DEGwiki de seelentau.

Share and like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *