25 June 2024

GOTCHAROCKA interview about “Aijou” – Vif music (2022.08)

Original interview by / Interview originale par : Vif music
English & French translation by / Traduction anglaise et française par : Crimson Lotus

GOTCHAROCKA will release their new work "愛錠" (Aijou), the first one in about 1 year and 9 months since their album "POLYCHROME" (October 2020). Miraculously, this work that will be released just before they celebrate the 10th anniversary of their formation in August will be their 10th single. It’ll include the title song “愛錠‘ (Aijou) which has a beautiful melody with a speed and warmth typical of GOTCHAROCKA, and its coupling song “花怨” (Kaen), a modern version of GOTCHAROCKA’s style with a sound vividly reminiscent of the ‘80s. When I talked to the band about their latest work, I could see the process of transformation and evolution of the band from its formation until now.

 

I never thought “here’s the limit” (Jui) 

GOTCHAROCKA just came back from their “GPS主催~名阪強化合宿の旅~” and “VR TOUR#23” in Nagoya and Osaka. How was it to perform four days in a row ?  

Jui: For our 5th anniversary, we had five one-man for five consecutive days, but this time it was one-man / event / event / one-man, so unexpectedly I feel like I was able to recover some of my energy during the two days of events, so somehow I managed to survive.

JUN: It's been a long time since we had four days of shows in a row, so I thought I'd be tired, but I was surprisingly fine (laughs). While we knew we hadn’t done much these times, we took it as a challenge, but we also took it as preparation for our upcoming one-man tour, so these four days turned into a very good help for us. I also felt like my mind got stronger. Recently, we had been doing live shows at a pace of once a month, so I thought “Well, this is going to be a big challenge, I’ll have to hold my nervousness” but I’m glad we had to do this. I was very happy that we did it.

Toya: It's close to what JUN said, but when a national tour starts, there are more new songs to play, and I’m in a fighting spirit thinking that I have to play them properly from the first day. However, rather than suddenly starting out of the blue, the body becomes accustomed to the new songs by doing a series of live performances before. I was physically exhausted, but I felt that it was a really good way for me to tighten up in terms of motivation and musical skills before the upcoming tour. So I think we did it at the right time.

And you’ll celebrate your 10th anniversary soon, congratulations! 

Everyone: Thank you!

GOTCHAROCKA's first interview with Vif was for your 5th anniversary full album "SCREAMY". But if you divide your activities into two parts, the five years from your start, and the five years from your 5th anniversary to the present, have there been any changes in your attitude toward the band or in your inner life?

Jui: We have about the same amount of memories of both, but I definitely feel that the five years from our 5th anniversary have been more intense. During the first five years, we were more fumbling, and I think that we were creating GOTCHAROCKA so that it became the kind of band it is now, but it became stronger and easier to understand what the band is all about in the latter half. In that sense, I think that I have worked harder in the last five years.

JUN: It’s difficult, but my feeling is similar to what Jui said. For the first five years, the band name "GOTCHAROCKA" was something I thought I knew, but I was still thinking, "What is it really?” However, over time, rather than our band name coming first, to my satisfaction now we’ve become a band made up of these three men. If we focus on that aspect, I feel like we’ve built a very human band -in a good way- from our 5th anniversary till now. It differs from mellowing, I feel like there’s a compatibility between our adult and child sides, and I am sure that we have more fun now.

Toya: At the beginning, we couldn’t imagine what kind of band GOTCHAROCKA was and what kind of band we were going to become, as if you’re climbing a mountain and you have no idea what the landscape at the top would be, so we were fumbling. That’s why I feel that during these first five years, for better or worse, we put too much effort into the band, and now, although it is a little different from being relaxed, I think the three of us are aware that we know who we are, how we behave, without having to bother to talk about it.

Have you ever felt something like a five-year wall or a ten-year wall, like it commonly happens?

Jui: I didn’t pay much attention to that. However, when we formed GOTCHAROCKA, we were rather determined to do things on our own. It’s not that we didn’t like adults, but we strongly wanted to try to do everything by ourselves, whether it was administrative work or anything else, so that our fans could notice it, but we weren’t used to it. We might have become familiar with it around our 5th anniversary, and in the following five years, we became more like artists, putting music first and leaving the administrative work to people who can be entrusted with it. That switch may have been around our five anniversary. Until then, we wanted to show our fans we were doing everything by ourselves.

I see.

Jui: That’s why rather than a wall, I felt that there are obstacles that we could overcome because we’ve been together for a long time. Due to the fact we’ve played for 5 years, 10 years, I’ve never thought that we reached the limit. And we don’t particularly have a guideline aiming to reach 15 or 20 years. I don't set a number as a goal, so I’m happy if we’re able to celebrate it, but it feels like something normal.

 

That moment when we try to deliver our music with passion and with all our might while staying natural is extremely moving (JUN)

"Aijou", which will be released on July 6th, will be the first work since your single "Chirality" that was distributed in all national music stores in November 2019. But before “Aijou”, you released a FC-limited single titled “GPS vol.3” on June 6th. This information was shared on June 5th, so it was rather sudden. Is there a reason in particular?

Jui: When we decided to release “Aijou” in July, we noticed that we hadn’t released any FC-limited CDs in a while. We decided to make a separate CD of songs that we would enjoy playing live, so we recorded them simultaneously. We may not have paid much attention to the timing of the announcement, but by announcing its release so suddenly, we wanted our fans to feel like “Oh, it’s already going to be released…!”

JUN: It’s a gift!

For you, JUN, was it difficult to work on these two works at the same time?

JUN: Well, our album “POLYCHROME" was way too hard, so this wasn’t difficult (laughs)! I was working on a total of four songs, two for “Aijou” and two for “GPS vol.3”, but each of the two songs were totally different. Since the two tracks for “GPS vol.3” are for the FC, I really wanted songs I could imagine having fun with, and strangely this responsibility didn’t feel heavy. I thought about how they would feel on tour from the production period and I quite enjoyed composing them. I hoped everyone would like them.

"Aijou" turns out to be your 10th single just when you celebrate your 10th anniversary. Did you aim at this ?

Jui: We hadn't really planned it! It happens that our timing is always good (laughs)!

I see (laughs). Isn’t it miraculous anyway?

JUN: It is, right? Last December we released our live-limited single “SENSITIVE DARKSIDE / PRISM” that became our 9,5th single since it wasn’t distributed in stores, so by chance this one happened to be the 10th one (laughs).

Jui: I don't feel like we did it on purpose (laughs).

JUN: It’s like when you look at your watch and you’re “Oh! It’s the same digits as my birthday” (laughs).

Toya: I think we probably would have gone beyond 10 without the COVID-19 pandemic. I feel like we could have released more.

For sure. Were the songs created on the premise that they would be released at such a special timing?

JUN: 10th anniversary, 10th single… if you consider it simply, maybe people want a masterwork, a compilation of all our songs, something like that!? (laughs) Such thoughts naturally crossed my mind, but my answer is that I wouldn't have managed to compose a single song if that had been our goal. But to be honest, a part of me couldn’t ignore that. That’s why when I started composing, I thought about what I wanted to do at this point in time, and I took the time to calmly listen to our audio recordings and live videos.

I understand.

JUN: At that time, I thought again that it was fine, but I felt that I wanted to create music that would bring out how extremely moving this band is in the moments when we are trying our best to deliver our music naturally and passionately without trying to be something we’re not. It’s the concept for this release, I let my feelings guide me and created the music. Furthermore, I also tried to include some of the things I had done since the formation of the band, and included a part I pulled out from my old files. I completed the demo with that process, but I didn’t think “OK, that’s it!”. The reason for this is that our own emotional style would emerge only when we say “We created this song with that intention”, when for the first time all the members' feelings match = when we have the desire to deliver it with all our might and in a natural way. So I decided to ask everyone for advice, completed the demo and waited for the song selection. 

Jui and Toya, what were your impressions when you listened to “Aijou”during the song selection meeting?  

Jui: I asked myself what the title song should be, and I listened to 5 or 6 songs! First of all, I listened to all of them without looking for something like a suggestion, and when I listened to “Aijou”, I thought “Isn’t it the one?”. For me, the rhythm at the beginning of the introduction was a little new, even though it was a common rhythm. I also felt that this song was breaking through, and that with a little effort, I could sing it with passion. I thought it would feel great if the audience could sing it along without me singing.

Toya: As I was listening to the songs in order, I thought “Oooh” when coming across this one. Its melody is extremely beautiful, and I totally felt its sense of speed and kindness. When I listened to it, I deeply felt that the kindness within this music suited a song released at such a time. I think we may all have had a similar feeling.

 

I've been working together with the members for a long time, so I understand their intentions (Toya)

Surprisingly, starting with just singing and piano is new to GOTCHAROCKA, right?

JUN: It’s true. I kind of wanted to start with the singing. Or rather, I wanted the song to start with Jui. However, we’re a band made of two guitarists and a vocalist, so as I was composing the song I thought that it would be great to start with the two guitars and the singing. But after adding the guitars, it became different. Jui singing without the guitars playing really matched the image of the song. Perhaps for this song I felt that its message would become stronger if it started with the power of the person singing in the center. Therefore I tried adding the guitars as a test, but removed them after all (laughs).

That's why the song "Diary" distributed at your 5th anniversary live performance begins with a quiet chorus with only guitar and singing, doesn’t it?

JUN: Absolutely. I think that this is connected to what we talked about at the beginning, the five years after our formation and the five following years to the present. If we were in the five years after our formation, I would have said “No way, I’ll play the guitar” (laughs).

Jui: That’s true, we were trying to fit into the mold (laughs).

Toya: (nods)

JUN: Until our 5th anniversary, I think it was what I was truly feeling. It means we have a different point of view now. It doesn’t mean that we, as persons, have changed, but that the repertoire of our ideas has continuously grown over the years.

I thought that the harmony of both guitars playing together during the “Stay close~” part would be the highlight of its live performance.

JUN: I wanted to put in a guitar duo, so I created a duet that is easy to understand, and I feel that block has a very happy worldview. It’s like it’s opening up, embracing everyone. However, when I wondered if it was okay to end the song with just both guitars, I didn’t feel like completing the song without Jui’s voice. I had in my mind the scene of Jui’s voice enveloping all the instruments. Usually, it looks like that during the second half of a guitar solo, or maybe during a vocal break part, but I didn’t want to do that because I really felt the concept I chose while creating the song led me to this path.

Toya: As members, we’ve been working together for a long time, so we understand that that section has been created with that intention in mind. I think there have been various ways to play twin guitars up until now, but the atmosphere created here by the three of us immediately made me imagine how it would create a good ambiance enveloping the members and the audience in the sound when performing this song live. That’s why I also think it’s an impressive part.

Once again, the title "Aijou" is linked to the motif of the band's logo, and in a sense this word looks like a return to your origins, but did you write the lyrics based on the title?

Jui: During the songs selection meeting, JUN’s temporary title was “Aijou”. I said “Oh, I see. Shouldn’t we just keep it?” and I started writing the lyrics from there. 

JUN: I had decided the direction of the song and started a new file up while I hadn’t composed any sound yet. Then, when I had to name it, I honestly felt “I wonder if I should pour some love into it” [TN “Aijou” written “愛情” means “love”], but I turned “情” [TN “jou” meaning “feeling, affection”] into “錠” [TN “jou” meaning “lock”], and Jui said “Isn’t it nice?” (laughs).

Everything comes from this...! I think the lyrics can be taken as a love letter to the fans, expressing your gratitude for the past 10 years.

Jui: I wanted to choose my words in a straightforward manner. Even when I’m watching series or films, I love the scenarios when you realize a lot of things at the end. For example, I think that the feelings that come out just before someone dies or when something gets blasted are the strongest. At that time, no matter if you like or dislike it, perhaps this hate may change for gratitude. I was very aware of that. In my mind, these lyrics are about a situation where the world is getting close to the end, but in such a situation I felt that it would be nice if I could choose words that weren't so verbose and sing straightforwardly.

Personally, I think the lyrics in the ending chorus, “When I realize I’m far away, in sadness and joy, there's no place I want to go back to, you're always there'', are good.

Jui: Just earlier we talked about the first five years since our formation and the five years after our 5th anniversary, but after all, I think the recent years are better. Same applies with our works, of course I think our old songs were good at that time, but I really think that we’re able to make good works by updating them continuously. That’s why I don’t think much about the past like “Those days were good”. I don’t especially want to go back, I’m fine with the present. I thought it’d be nice to convey that message.

 

It's not a tour that summarizes the past 10 years, but rather, a statement of what we are now after 10 years.  (Jui)

What is the meaning of the coupling song "Kaen" (花怨)? The scene drawn in the lyrics takes place around the end of summer, isn’t it?

Jui: The lyrics evoke summer. So the basic motif is fireworks. But the reason why I decided to write such lyrics is because the Russian invasion of Ukraine had just started. And while I was watching the local live cameras, the screen got all bright and dazzling. Normally, you would think: “Is it a bomb?”. But for a moment, I thought it was fireworks! If it were fireworks, everyone would stop and the war would be briefly over. I came up with these lyrics while thinking about that. I don’t want to go into details about everything, but I thought it would be nice if I could represent, for example, the explosion of a missile like fireworks that everyone is watching.

I see.

Jui: Depending on your interpretation, you can take it as a love song with summer fireworks, or you can take it as a scene where two people in a long-distance relationship look at the same sparks, mistaking missiles for fireworks. It's abstract, but that's what I wanted to write.

It is artistic to include two connotations. Even if you just perceive it as the former, it's a mix of beauty, intensity, and poison, and I think these lyrics are typical of Jui.

JUN: Didn’t Jui write “has in stock a feeling of transparency and poison” in his profile when we started (laughs)?

Jui, Toya: (laughs)

The intro of "Kaen" (花怨) is particularly startling, and the way you use the synths reminds the atmosphere of the ‘80s anime songs. What image did JUN have when composing and arranging the song?

JUN: I wanted to do something creative like bringing that part of the ‘80s to the present day. I was just curious about it and confident that I could make it cool. When I thought about what kind of music I should make after using that kind of synthesizer and drum sound, I thought that it would be interesting in terms of what is considered a coupling song and what we know as the norm, is the so-called backside composition, so I thought it was easy to link it with the poison topic present in the lyrics. I had the desire to express that in a song and make it a song that we quite love even though it’s a backside song.

The fusion between this catchy aspect and this toxic side gives it this exciting side.

JUN: I put together the sound from there, and although the melody was very catchy, I valued the fact that there was something a little secretly hidden. When I was working on the song, I quickly arrived at the point where I thought it would be really cool if Jui sang it. So, without doing anything unnecessary, I ended up with something simple but with some shadow lurking in the background, which is what I like about this song.

So the sound already had this direction at the demo stage, right ?

JUN: It was exactly as it is now. For the drum sounds which is the key part, I used ‘80s toms and other sounds looking like Simmons' sounds. Even if I chose these sounds, there are parts that let me have fun. But I was making it while thinking that I made this because I created "POLYCHROME". This time, I wanted to go for the core of the song.  So when I had everyone listen to this song at the songs selection meeting, I pressed the play button with a strange confidence (laughs). I thought they would be like, "This is great! Let's do this!" (laughs).

Jui: Well, it actually happened (laughs).

Toya: (nods) The “tuk tun tun tun” sound at the very beginning is very memorable, isn’t it? I don't know if I heard the ‘80s techno when I was a child, but I think I heard it on TV when I was a little older. It was the sound that made the ‘80s, and since it came out in a remake-like tone in a modern version with a very good sound quality, I didn’t just think "Oh, how nostalgic", it was very fresh. 

It's a song you had to select, isn’t it?

JUN: This song fekt just like, "I want to do it! (laughs).

The "GOTCHAROCKA TENTH ANNIVERSARY TOUR" will start on July 9th, but the subtitle of the tour is "COUNT DOWN," and the final that is also your 10th anniversary and will take place as usual on August 18th at O-EAST will be called "BEAUTIFUL DECADE”. Since your latest work is a single and the tour is to commemorate the 10th anniversary, I wondered if you’ll perform a mix of old and new songs.

Jui: At our fan club concerts, we often do a set list that mixes old and new songs, you know. The title "COUNT DOWN" is also the title of one of our songs, it was the first track of our first album “Crisis”, so we thought it would be a good title for this tour. However, in terms of content, I hope to show that this is how GOTCHAROCKA is now. It's not a tour that summarizes the past 10 years, but rather, a statement of what we are now after 10 years. I hope this tour will turn out like that.

Toya: Of course, we will be performing our new songs, and rather than doing what we want to do because it’s our 10th anniversary, it will be a very simple moment. I hope that we will perform properly, convey the enthusiasm of the members, and make the audience enjoy the show.

JUN: After 10 years of performing, I clearly feel that the present is the coolest, you know. Therefore, I would like to challenge the tour with an attitude that allows me to feel how cool the present is. As time goes by, I think it's getting more and more cool and that the present is nice, so I want to keep feeling this way after the tour. Also, since it is our 10th anniversary, I would like to go on a tour where we fight this sense of tension, and where we and the audience can all play around with GOTCHAROCKA. Like bite after bite, the flavors end up being released.

Should we wait for various events for your 10th anniversary year? 

Jui: You mean after August 18, right? We’ll appear at various events and I'd like to use this 10th anniversary to further expand GOTCHAROCKA.

 

GOTCHAROCKA va sortir son nouvel opus "愛錠" (Aijou), le premier en 1 an et 9 mois depuis leur album "POLYCHROME" (octobre 2020). Miraculeusement, cette œuvre, qui sortira juste avant qu'ils ne célèbrent le 10ème anniversaire de leur formation en août, sera leur 10ème single. Il inclura la chanson titre "愛錠" (Aijou), une belle mélodie associée à ce côté rapide et chaleureux typique de GOTCHAROCKA, et sa chanson couplée "花怨" (Kaen), une version moderne du style de GOTCHAROCKA avec un son qui rappelle vivement les années 80. Lorsque j'ai parlé au groupe de son dernier travail, j'ai pu voir le processus de transformation et d'évolution du groupe depuis sa formation jusqu'à maintenant.

 

Je ne me suis jamais dit “voici la limite” (Jui)

GOTCHAROCKA vient tout juste de rentrer de son “GPS主催~名阪強化合宿の旅~” et “VR TOUR#23” à Nagoya et Osaka. Comment était-ce de vous produire quatre jours d’affilée ?   

Jui : Pour notre 5ème anniversaire, on a fait cinq one-man pendant cinq jours consécutifs, mais cette fois c'était one-man / event / event / one-man, donc je ne m’y attendais pas mais j'ai l'impression d'avoir pu récupérer une partie de mon énergie pendant les deux jours d'événements, donc j'ai réussi à survivre.

JUN : Cela faisait longtemps que nous n'avions pas eu quatre jours de concerts de suite, donc je pensais que j'allais être fatigué, mais j’allais étonnamment bien (rires). Alors que nous savions que nous n'avions pas fait grand-chose ces temps-ci, nous l'avons pris comme un défi, mais également comme une préparation pour notre tournée one-man qui arrive, donc ces quatre jours se sont transformés en un très bon coup de pouce pour nous. J'ai aussi senti que mon mental était plus solide. Ces temps-ci, on a fait des concerts au rythme d'un par mois, alors je me suis dit "Eh bien, un gros défi s'annonce, il va falloir que je contienne ma nervosité" mais je suis content que nous ayons eu à faire ça. J'étais très heureux que nous l'ayons fait.

Toya : C'est proche de ce que JUN a dit, mais quand une tournée nationale commence, il y a davantage de nouvelles chansons à jouer, et je me mets la pression en pensant que je dois les jouer correctement dès le premier jour. Mais plutôt que de démarrer d’un coup, le corps s'y habitue progressivement en faisant quelques concerts avant. J'étais physiquement épuisé, mais j'ai vraiment senti que c'était un très bon moyen pour moi de renforcer ma motivation et mes compétences musicales avant la tournée à venir. Je pense donc que nous l'avons fait au bon moment.

Et vous allez bientôt fêter vos 10 ans, félicitations !

Tout le monde : Merci !

La première interview de GOTCHAROCKA avec Vif était pour “SCREAMY”, album célébrant votre 5ème anniversaire. Mais si vous divisez vos activités en deux parties, les cinq années depuis vos débuts et les cinq années depuis votre 5ème anniversaire jusqu'à maintenant, y a-t-il eu des changements dans votre attitude envers le groupe ou en vous ?

Jui : Nous avons la même quantité de souvenirs pour les deux, mais je pense vraiment que les cinq dernières années ont été plus intenses. Pendant les cinq premières années, nous y allions plus à tâtons, et je pense que nous étions en train de créer GOTCHAROCKA pour qu'il devienne le groupe qu’il est maintenant, mais c'est devenu plus fort et plus facile à comprendre pendant la seconde moitié. En ce sens, je pense que j'ai travaillé plus dur ces cinq dernières années.

JUN : C'est difficile, mais je ressens la même chose que ce que Jui a dit. Pendant les cinq premières années, le nom du groupe "GOTCHAROCKA" était quelque chose que je pensais connaître, mais je me demandais toujours : "Qu'est-ce que c'est vraiment ?". Cependant, au fil du temps, plutôt que ce soit le nom de notre groupe qui vienne en premier, à ma grande satisfaction, c’est le fait que nous soyons un groupe composé de ces trois hommes qui ressortait. Si nous nous concentrons sur cet aspect, j'ai l'impression que nous avons construit un groupe très humain - dans le bon sens du terme - depuis notre 5ème anniversaire jusqu'à maintenant. Cela diffère du fait de mûrir, j'ai l'impression qu'il y a une compatibilité entre notre côté adulte et notre côté enfant et que nous nous amusons davantage à présent.

Toya : Au début, nous n’arrivions pas à imaginer quel genre de groupe était GOTCHAROCKA et quel genre de groupe nous allions devenir, un peu comme si vous escaladiez une montagne et que vous n'aviez aucune idée de ce que serait le paysage une fois au sommet, alors nous y allions à tâtons. C'est pourquoi j'ai l'impression que pendant ces cinq premières années, en bien ou en mal, on y a mis trop d'efforts dans le groupe, et maintenant, bien que ce soit différent d’être détendus, je pense que nous sommes tous les trois conscients que nous savons qui nous sommes, comment nous nous comportons, sans devoir prendre la peine d'en parler.

Avez-vous déjà ressenti comme si vous étiez face à un mur à vos cinq ou dix ans, comme cela arrive souvent ?

Jui : Je n'ai pas vraiment fait attention à cela. Cependant, lorsque nous avons formé GOTCHAROCKA, nous étions plutôt déterminés à faire les choses par nous-mêmes. Ce n'est pas que nous n'aimions pas les adultes, mais nous voulions à tout prix essayer de tout faire par nous-mêmes, même le travail administratif, afin que nos fans puissent le remarquer, mais nous n'en avions pas l’habitude. Cela nous est devenu familier autour de notre 5ème anniversaire, et au cours des cinq années suivantes, nous sommes devenus davantage des artistes, mettant la musique en premier et laissant le travail administratif aux personnes qui pouvaient s’en charger. Ce changement a sans doute eu lieu autour de notre cinquième anniversaire. Jusque-là, nous voulions montrer à nos fans que nous faisions tout par nous-mêmes.

Je vois.

Jui : C’est pourquoi plutôt que de parler d’un mur, j'ai senti qu'il y avait des obstacles que nous avons pu surmonter parce que nous sommes ensemble depuis longtemps. Vu que nous jouons ensemble depuis 5 ans, 10 ans, je n'ai jamais pensé que nous avions atteint la limite. Et nous n'avons pas particulièrement de ligne directrice visant à atteindre 15 ou 20 ans. Je ne vise pas de chiffre en particulier, donc je suis heureux si nous sommes en mesure de le célébrer, mais pour nous c’est comme si c'était normal.  

 

Ce moment où l’on essaye de livrer notre musique avec passion en y mettant toute notre énergie tout en restant naturel est extrêmement émouvant (JUN)

"Aijou", qui sortira le 6 juillet, sera votre premier travail depuis votre single "Chirality" distribué dans tous les magasins de musique du Japon en novembre 2019. Mais avant “Aijou”, vous avez sorti un single réservé au fan club intitulé “GPS vol.3” le 6 juin. Ces informations ont été partagées le 5 juin, donc c'était plutôt soudain. Y a-t-il une raison à ça en particulier ?

Jui : Lorsque nous avons décidé de sortir "Aijou" en juillet, nous avons remarqué que nous n'avions pas sorti de CD réservé au FC depuis un moment. Nous avons décidé de faire un CD séparé de chansons sur lesquelles nous pourrions nous amuser en concert, alors nous les avons enregistrées simultanément. Peut-être que nous n'avons pas prêté attention au moment de l'annonce, mais en annonçant sa sortie si soudainement, nous voulions que nos fans se disent "Oh, ça va déjà sortir...!" en annonçant sa sortie si soudainement, vous savez.

JUN : C’est un cadeau !

Pour vous, JUN, était-ce difficile de travailler sur ces deux opus en même temps ?

JUN : Eh bien, notre album “POLYCHROME” était extrêmement compliqué, donc ça, ce n'était pas difficile (rires) ! Je travaillais sur quatre chansons au total, deux pour “Aijou” et deux pour “GPS vol.3”, mais chacune des deux chansons était totalement différente. Comme les deux titres de "GPS vol.3" sont pour le FC, je voulais vraiment des chansons sur lesquelles s'amuser, et étrangement cette responsabilité n'était pas lourde à porter, j'ai réfléchi à comment elles rendraient en tournée dès la période de production et j'ai pris beaucoup de plaisir à les composer. J'espérais que tout le monde les aimerait.

“Aijou” s’avère être votre 10ème single juste quand vous célébrez votre 10ème anniversaire. Aviez-vous cela comme objectif ?

Jui : Nous ne l’avions pas vraiment prévu! C’est juste que le timing est toujours bon avec nous (rires) !

Je vois (rires). N’est-ce pas tout de même miraculeux ? 

JUN : Ca l’est, pas vrai ? En décembre dernier, nous avons sorti un single en vente uniquement à nos concerts, "SENSITIVE DARKSIDE / PRISM", qui était notre 9,5ème single puisqu'il n'était pas distribué en magasin, donc c’est par hasard que celui-ci est devenu le 10ème (rires).

Jui : Je n’ai pas l’impression qu’on l’a fait exprès (rires).

JUN : C’est comme quand tu regardes ta montre et que tu te dis “Oh ! C’est les mêmes chiffres que ma date d’anniversaire” (rires).  

Toya : Je pense que sans la pandémie de COVID-19, nous aurions probablement dépassé les 10. J’ai le sentiment que nous aurions pu en sortir davantage.

C’est certain. Les chansons ont-elles été créées sur le principe qu'elles sortiraient à un moment aussi spécial ?

JUN : 10ème anniversaire, 10ème single… si l'on considère les choses simplement, peut-être que les gens veulent un chef-d'œuvre, une compilation de toutes nos chansons, quelque chose de ce genre !? (rires) Cela m’est naturellement passé par la tête, mais ma réponse est que si cela avait été notre objectif, je n'aurais pas réussi à composer une seule chanson. Mais pour être honnête, une partie de moi ne pouvait pas l’ignorer. C'est pourquoi lorsque j'ai commencé à composer, j'ai réfléchi à ce que je voulais faire à un tel timing, alors j'ai pris le temps d'écouter tranquillement nos enregistrements audio et nos vidéos de concerts.

Je comprends.

JUN : À ce moment-là, je me suis à nouveau dit que c’était bien, mais j'ai senti que je voulais créer des musiques qui puissent exprimer à quel point c’est extrêmement émouvant lorsque ce groupe livre sa musique chaleureusement, en y mettant tout son coeur et en restant naturel, sans chercher à devenir quelque chose qu’il n’est pas. C'est le concept de cet opus, je me suis laissé guider par mes émotions et j'ai créé la musique. En outre, j'ai également essayé d'inclure certaines des choses que j'avais faites depuis la formation du groupe, et j'ai inclus une partie que j'ai extraite de mes anciens fichiers. J'ai terminé la démo via ce processus, mais je ne me suis pas dit "OK, c'est tout !". La raison en est que notre côté émouvant n'apparaît que lorsque nous disons : "Nous l’avons créée avec cette intention”, lorsque pour la première fois les émotions des membres concordent = lorsque nous avons l’intention de délivrer notre musique en y mettant tout notre coeur et de manière naturelle. J'ai donc décidé de demander conseil à tout le monde, j'ai terminé la démo et j'ai attendu la sélection des chansons.

Jui et Toya, quelles ont été vos impressions lorsque vous avez écouté “Aijou” pendant votre réunion pour la sélection des chansons ?

Jui : Je me suis demandé quelle devrait être la chanson titre, et j'ai écouté 5 ou 6 chansons ! Tout d'abord, je les ai toutes écoutées sans chercher quoi que ce soit comme suggestion, et après avoir écouté “Aijou”, je me suis dit “Ce ne serait pas celle-là ?”. Pour moi, même si le rythme de l'intro semble commun, j'ai l'impression qu’il est un peu nouveau. J'ai senti que cette chanson se détachait du lot, et qu'avec un peu d'effort, je pourrais chanter dessus avec passion. Et je me suis dit que ce serait génial si notre public la chantait sans moi. 

Toya : J'écoutais les chansons dans l'ordre, et en tombant dessus, j'ai pensé "Oooh". Sa mélodie est extrêmement belle, et j'ai totalement ressenti une sensation de vitesse et de gentillesse. Quand je l'ai écoutée, j'ai profondément ressenti que la gentillesse qui émane de cette musique convenait à une chanson sortie à un tel moment. Je pense que nous avons probablement tous ressenti la même chose.

 

Je travaille avec les membres depuis longtemps, alors je comprends leurs intentions (Toya)

Étonnamment, jusqu'à maintenant GOTCHAROCKA n’avait aucune chanson qui commençait avec du chant et du piano uniquement.

JUN : C'est vrai. Je voulais en quelque sorte commencer par le chant. Ou plutôt, je voulais que la chanson commence avec Jui. Cependant, nous sommes un groupe composé de deux guitaristes et d'un chanteur, alors en créant la chanson, je me suis dit que ce serait bien de commencer avec les deux guitares et le chant. Mais après avoir ajouté les guitares, c'est devenu différent. Le fait que Jui chante sans les guitares correspondait vraiment à l'image de la chanson. Peut-être que pour cette chanson, j'ai senti que son message deviendrait plus fort si elle commençait avec la puissance de la personne qui chante au centre. J'ai donc essayé d'ajouter les guitares en guise de test, mais je les ai finalement supprimées (rires).

C'est pour cela que la chanson "Diary" distribuée lors de votre performance live pour votre 5ème anniversaire commence par un refrain calme avec uniquement de la guitare et du chant, n'est-ce pas ?

JUN : Absolument. Je pense que c'est lié à ce dont nous avons parlé au début, les cinq années qui ont suivi notre formation et les cinq années suivantes jusqu'à aujourd'hui. Si nous étions dans les cinq années qui ont suivi notre formation, j'aurais dit "Pas question, je jouerai de la guitare" (rires).

Jui : Effectivement, nous essayions de rentrer dans le moule (rires).

Toya : (Approuve d’un hochement de tête)

JUN : Jusqu'à notre 5ème anniversaire, je pense que c'était réellement ce que je ressentais. Cela signifie que nous avons un point de vue différent maintenant. Cela ne veut pas dire que nous, en tant que personnes, avons changé, mais que le répertoire de nos idées n’a cessé de s’élargir avec le temps.

Je pensais que l'harmonie qui règne entre les deux guitares quand elles jouent ensemble pendant la partie "Stay close ~" serait le point culminant de sa performance en concert.

JUN : Je voulais intégrer un duo de guitares, alors j'ai créé un duo facile à comprendre, et ce bloc a une vision du monde très joyeuse. C'est comme s’il s'ouvrait et enveloppait tout le monde. Cependant, quand je me suis demandé si c'était bien de terminer la chanson avec seulement les deux guitares, je n’avais pas envie de terminer la chanson sans la voix de Jui. J'avais en tête une scène où la voix de Jui enveloppe tous les instruments. Habituellement, c’est le cas pendant la seconde moitié d'un solo de guitare, ou peut-être pendant une pause vocale, mais je ne voulais pas faire ça parce que je sentais vraiment que le concept que j'avais choisi lors de la création de la chanson m'avait conduit dans cette voie.

Toya : En tant que membres, nous travaillons ensemble depuis longtemps, nous comprenons donc que cette section a été créée avec cette intention à l’esprit. Je pense qu'il y a eu jusqu'à présent différentes manières de jouer un duo de guitares, mais l’atmosphère créée ici par nous trois m'a immédiatement fait imaginer comment cela créerait une bonne ambiance en enveloppant les membres et le public dans le son en interprétant cette chanson en concert. C'est pourquoi je pense aussi que c'est une partie percutante.

Encore une fois, le titre “Aijou” est relié au motif du logo du groupe, et dans un sens ce mot fait penser à un retour aux origines, mais avez-vous écrit les paroles en vous basant sur le titre ?

Jui : Pendant la réunion de sélection des chansons, le titre temporaire de JUN était “Aijou”. Je me suis dit “Oh, je vois. Est-ce qu’on ne devrait pas le garder tel quel ?” et j’ai commencé à écrire les paroles à partir de là.

JUN : J’ai décidé de la direction de la chanson et créé un nouveau fichier alors que je n’avais encore rien composé. Puis, quand j’ai dû mettre un nom, honnêtement je me suis dit “Je me demande si je devrais mettre de l’amour dedans” [NdT “Aijou” écrit “愛情” signifie “amour”], mais j’ai transformé “情” [NdT “jou” signifiant “sentiment, affection”] en “錠” [NdT “jou” signifiant “verrou”], et Jui a dit “C’est génial, non ?” (rires).

Tout vient de là...! Je pense que les paroles peuvent être considérées comme une lettre d'amour aux fans, exprimant votre gratitude pour ces 10 dernières années.

Jui : Je voulais choisir mes mots de manière franche. Même quand je regarde une série ou un film, j'adore les scénarios où l'on se rend compte de beaucoup de choses à la fin. Par exemple, je pense que les sentiments qui surgissent juste avant que quelqu'un ne meure ou quand quelque chose est anéanti sont les plus forts. À ce moment-là, peu importe si vous l'aimez ou si vous ne l'aimez pas, peut-être que cette haine peut se transformer en reconnaissance. J'avais parfaitement conscience de ça. Dans mon esprit, ces paroles parlent d'une situation où le monde approche de sa fin, mais dans une telle situation, j'ai pensé que ce serait bien si je pouvais choisir des mots qui allaient droit au but et chanter de manière honnête.

Personnellement, je trouve que les paroles du dernier refrain, “Quand je réalise que je suis loin, dans la tristesse et la joie, il n’y a aucun endroit où je veux retourner, tu es toujours là”, sont belles. 

Jui : Il y a un instant, nous parlions des cinq premières années depuis notre formation et des cinq années suivant notre 5ème anniversaire, mais au final, je pense que les dernières années sont meilleures. Il en va de même pour nos œuvres, bien sûr, je pense que nos anciennes chansons étaient bonnes à l'époque, mais je pense vraiment que nous sommes capables de faire de bons morceaux en les mettant à jour en permanence. C'est pourquoi je ne pense pas beaucoup au passé en me disant "c'était bien à l'époque". Je n'ai pas spécialement envie d'y retourner, le présent me va. J'ai pensé que ce serait bien de transmettre ce message.

 

Il ne s'agit pas d'une tournée qui résume ces 10 dernières années, mais plutôt d'une déclaration sur ce que nous sommes maintenant après 10 ans.  (Jui)

Quelle est la signification de la piste B "Kaen" (花怨) ? La scène dépeinte dans les paroles se passe à la fin de l’été, n’est-ce pas ?

Jui : Les paroles évoquent l'été. Le motif de base est donc le feu d'artifice. Mais la raison pour laquelle j'ai décidé d'écrire ces paroles, c’est  l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui venait juste de commencer. Et quand j’ai regardé les caméras locales en direct, l'écran est devenu tout brillant et éblouissant. Normalement, j'aurais dû me dire : "C’est une bombe ?". Mais pendant un moment, j'ai cru que c'était un feu d'artifice ! S'il s'agissait de feux d'artifice, tout le monde s'arrêterait et la guerre serait brièvement terminée. Ces paroles me sont venues à l’esprit en pensant à cela. Je ne veux pas entrer dans les détails, mais j'ai pensé que ce serait bien si je pouvais, par exemple, présenter l’explosion d’un missile comme un feu d'artifice que tout le monde regarde.

Je vois.

Jui : Selon votre interprétation, vous pouvez la prendre comme une chanson d'amour avec des feux d'artifice d'été, ou vous pouvez la prendre comme une scène où deux personnes dans une relation à distance regardent les mêmes étincelles et confondent les missiles avec des feux d'artifice. C'est abstrait, mais c’est de cette manière que je voulais l’écrire.

C’est artistique d’inclure deux connotations. Même si vous le percevez comme le premier sens, c'est un mélange de beauté, d'intensité et de poison, et je pense que ces paroles sont typiques de Jui.

JUN : Jui avait écrit “a en stock un sentiment de transparence et de poison” dans son profil quand on avait commencé, non? (rires)

Jui, Toya : (rires)

L’intro de "Kaen" (花怨) est particulièrement surprenante, et la manière dont vous utiliser le synthé rappelle l’atmosphère des chansons d’anime des années 80. Quelle image aviez-vous en tête, JUN, lorsque vous avez composé et arrangé cette chanson ?

JUN : Je voulais faire quelque chose de créatif comme ramener cette partie des années 80 dans le présent. J'étais juste curieux à ce sujet et confiant sur le fait que je pouvais rendre ça cool. Après avoir utilisé ce type de son pour le synthétiseur et la batterie, je réfléchissais au genre de chanson que je devais faire. L'intérêt d'une face B et ce que l'on appelle sa norme, c'est la composition dite “backside”, donc je me suis dit qu'il serait facile de faire le lien avec la thématique du poison présente dans les paroles. J'avais le désir d'exprimer cela dans une chanson et d'en faire un morceau qu’on aime bien, même si c'est une chanson de face B.

La fusion entre cet aspect accrocheur et ce côté toxique lui confère ce côté passionnant..

JUN : J'ai assemblé le son à partir de là, et bien que la mélodie soit très accrocheuse, j'ai apprécié le fait qu'il y ait quelque chose d'un peu secret et dissimulé. En travaillant sur la chanson, j’en suis rapidement arrivé au point où je me suis dit que ce serait vraiment cool si Jui la chantait. Donc, sans ajouter d’éléments inutiles, j'ai fini par obtenir quelque chose de simple mais avec une certaine ombre tapie en arrière-plan, et c’est ce que j'aime dans cette chanson.

Donc le morceau allait déjà dans ce sens dès son état de démo, n’est-ce pas ? 

JUN : C'était exactement comme c'est maintenant. Pour les sons de batterie, qui sont la partie la plus importante, j'ai utilisé des toms des années 80 et d'autres sons ressemblant à ceux de Simmons. Même si j'ai choisi ces sons, il y a des parties qui m'ont laissé m'amuser. Mais je le faisais en me disant que j’ai procédé ainsi parce que j'ai créé "POLYCHROME". Cette fois, je voulais aller au cœur de la chanson.  Alors quand j'ai fait écouter cette chanson à tout le monde lors de la réunion de sélection des chansons, j'ai appuyé sur le bouton play avec une étrange confiance (rires). Je pensais qu'ils diraient : "C'est génial ! Faisons ça !" (rires).

Jui : Eh bien, c’est ce qui s’est passé (rires).

Toya :  (approuve d’un hochement de tête) Le son "tuk tun tun tun" au tout début est très mémorable, n'est-ce pas ? Je ne sais pas si j'ai entendu la techno des années 80 quand j'étais enfant, mais je pense l'avoir entendue à la télévision quand j'étais un peu plus âgé. C'est le son qui a fait les années 80, et comme le morceau a fini comme un remake modernisé avec une très bonne qualité de son, je ne me suis pas juste dit "Oh, comme c'est nostalgique", c'était très frais.

C’est une chanson que vous deviez choisir, pas vrai ?

JUN : On s’est dit de cette chanson “On veut la jouer !” (rires).

Le "GOTCHAROCKA TENTH ANNIVERSARY TOUR" commencera le 9 juillet, mais le sous-titre de la tournée est "COUNT DOWN", et le final qui est aussi votre 10ème anniversaire et qui aura lieu comme d'habitude le 18 août à l’O-EAST s'appellera "BEAUTIFUL DECADE". Comme votre dernier opus est un single et que la tournée vise à célébrer votre 10ème anniversaire, je me demandais si vous alliez interpréter un mélange d'anciennes et de nouvelles chansons.

Jui : Lors des concerts de notre fan club, nous faisons souvent une set list qui mélange anciennes et nouvelles chansons, vous savez. Le titre "COUNT DOWN" est aussi le titre d'une de nos chansons, c'était le premier morceau de notre premier album "Crisis", donc nous avons pensé que ce serait un bon titre pour cette tournée. Cependant, en termes de contenu, j'espère montrer que c'est comme ça que GOTCHAROCKA est maintenant. Il ne s'agit pas d'une tournée qui résume les 10 dernières années, mais plutôt d'une déclaration sur ce que nous sommes maintenant après 10 ans. J'espère que cette tournée sera perçue de cette manière.

Toya : Bien sûr, nous allons interpréter nos nouvelles chansons, et plutôt que de faire ce que nous voulons faire parce que c'est notre 10ème anniversaire, ce sera un moment très simple. J'espère que nous nous produirons correctement, que nous transmettrons l'enthousiasme des membres et que le public appréciera le spectacle.

JUN : Après 10 ans de scène, j'ai clairement le sentiment que le présent est le plus cool, vous savez. Par conséquent, j'aimerais affronter la tournée avec une attitude qui me permette de ressentir à quel point le présent est cool. Au fur et à mesure que le temps passe, je pense que c'est de plus en plus cool et que le présent est agréable, alors je veux continuer de ressentir ça après la tournée. De plus, comme c'est notre 10ème anniversaire, j'aimerais faire une tournée où nous combattons cette nervosité, et où nous et le public pouvons tous nous amuser avec GOTCHAROCKA. Comme si, bouchée après bouchée, les saveurs finissent par se libérer.

Devons-nous nous attendre à différents événements pour l’année de votre 10ème anniversaire ?

Jui : Vous voulez dire après le 18 août, n’est-ce pas ? Nous serons présents à plusieurs événements et j'aimerais profiter de ce 10ème anniversaire pour développer davantage GOTCHAROCKA.

GOTCHAROCKA band's profile
GOTCHAROCKA Official Website
GOTCHAROCKA Twitter
GOTCHAROCKA Facebook
GOTCHAROCKA YouTube
GOTCHAROCKA Online store

Share and like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *